Dossier : MODECOM, les ordures ménagères du SYBERT passées à la loupe

Engagé dans une politique active de valorisation et de réduction des déchets, le SYBERT a récemment entrepris une analyse complète de la composition des ordures ménagères résiduelles (OMR) des habitants de son territoire. Cette caractérisation a été réalisée sous la méthodologie MODECOM. Une étude similaire avait déjà été menée en 2015.  Les résultats ont ainsi pu être comparés pour mettre en lumière les évolutions dans la composition du bac gris.

En tenant compte de l’ensemble de ses spécificités (milieu rural et urbain, habitat individuel et collectif…), le SYBERT a retenu la caractérisation de 31 échantillons d’ordures ménagères, prélevés entre le 8 mars et le 1er avril 2021.

Pourquoi cette caractérisation ?

Les objectifs du MODECOM sont multiples :

– mesurer l’évolution de la composition des ordures ménagères résiduelles par rapport à 2015

– estimer l’efficacité de la collecte sélective et notamment les flux concernés par l’extension des consignes de tri (pots, barquettes et films plastiques) mise en place en 2016

– évaluer les impacts des actions conduites entre 2015 et 2020

– définir de nouvelles orientations stratégiques en termes de gestion des déchets

La composition type des OMR du SYBERT

Sur les 136kg de déchets par an et par habitant, on trouve :

– 31kg de déchets putrescibles (restes cuisinés, déchets  alimentaires non consommés, fruits et légumes crus non consommés, produits alimentaires non consommés encore sous emballages, déchets de jardin)

– 28kg  de textiles sanitaires (couches pour bébés et pour adultes, masques en tissus et chirurgicaux, protections hygiénique, mouchoirs et serviettes en papier, cotons tiges) :

– 22kg de déchets plastiques (films, bouteilles, flacons, pots, barquettes, et de façon obligatoire : les sacs poubelles …)

Parmi ces déchets, certains sont valorisables :

On trouve ainsi 19% (soit 26 kg/an/hab) de déchets potentiellement compostables : restes de repas, déchets alimentaires non consommés (5,7kg/an/hab), déchets de jardin ou encore fruits et légumes crus non consommés (2.8kg/an/hab).

C’est également le cas des 26% de déchets recyclables destinés au bac jaune composés à 50% d’emballages plastiques (hors sacs poubelles) et à 30% de papiers et cartons.

Sur les 136 kg/an/hab de déchets, il y a 85kg qui peuvent être détournés du bac gris pour ne rester que 51 kg/an/hab :

  • 34 kg/an/hab déchets concernés par le tri (films, bouteilles, flacons, pots, barquettes…)
  • 25 kg/an/hab de déchets pouvant faire l’objet d’actions de prévention (gaspillage alimentaire, couches lavables)
  • 17 kg/an/hab de déchets compostables
  • 9 kg/an/hab de déchets disposant de filières spécifiques (déchetterie, pharmacie pour les médicaments, bornes textiles pour les vêtements)

63% des déchets des OMR peuvent être évités ou déposés vers la bonne filière

Cela représente 25 kg/hab/an. Des actions de prévention pourront ainsi être développées autour des axes suivants :

– lutte contre le gaspillage alimentaire : plus de 12 kg/ hab/ an de gaspillage alimentaire dont 4kg de produits alimentaires encore emballés !

– promotion des changes lavables : 10 kg/an/hab de couches jetables sont jetées !

– déchets recyclables (bac jaune) notamment pour les déchets issus des extensions des consignes de tri entrées en vigueur en 2016

– déchets disposants de filières spécifiques (verre, métaux, déchets dangereux, huiles…).

Si les habitants du SYBERT agissent depuis de nombreuses années déjà dans la gestion de leurs déchets, les résultats de cette étude montrent que nous pouvons encore faire mieux grâce à l’amélioration de certains gestes de tri simples et en limitant le gaspillage.

partager sur
Boîte à questions